logo
Editions Bretzel
La maison
L'équipe
Auteurs
Nous contacter
Interdit
aux mineurs
Retour accueil
petit logo petit logo petit logo petit logo petit logo petit logo



Présentation de l'ouvrage






couverture Febus
     
Le Trésor d'Odon le Poilu
Laurent Frontère
Editions Bretzel
48 pages
30 x 20 cm
8 euros

ISBN 978-2-9530405-9-3








    Fébus, le Lion des Pyrénées
    Une petite biographie tendancieuse et désinvolte,
mais clairement indispensable
- Illustrations -

  Les 32 pages de l'ouvrage alternent 16 pages de texte avec lettrine et frise avec 16 pages de riches enluminures. En fait de "riches enluminures", il s'agit d'odieux collages et rafistolages d'enluminures d'époque issues en particulier du Livre de chasse de Gaston Fébus - et  plus particulièrement du manuscrit 616 de la BNF -, du Tacuinum sanitatis, des chroniques de Froissart et de celles de Du Guesclin par Cuvelier, d'O livro do Armeiro mor et de quelques autres ouvrages. Ces enluminures présentent des philactères nous livrant des commentaires prétendument humoristiques des différents protagonistes, qu'il s'agisse de Fébus himself, d'autres têtes couronnées ou de vulgaires manants.

   LettrinesFebus

Voici, ci-dessus, quelques lettrines. Noter le E représentant les trois ordres, en bas à droite, et le a accentué, au centre, une incongruité !

LettrinesFebus
- Je me suis pris une amende pour excès de vénalité !
  - 60 florins ! Décidément, l'homicide est devenu hors de prix !
 - Comme je suis bon et clément !

Ci-dessus, Fébus rendant la justice (page 15). Où il est mis l'accent sur son côté grippe-sou... Toutes les occasions sont bonnes pour condamner les justiciables à des amendes. Mais c'est tout de même mieux que la peine de mort, jamais appliquée, dit-on, sous son règne...

LettrinesFebus
- Goûtez-moi cette poularde, Froissart, pendant que mes  musiciens nous jouent un rondeau de Machaut !
- Miam miam ! Excellent, Sire, j'en parlerai dans mes chroniques!
- Y'a pas à dire ! Ce Guillaume de Machaut, quelle modernité !
  - Ces tierces, quelle dissonance atroce ! Moi, je ne m'y fais pas !

Ci-dessus, la cour fastueuse de Fébus (page 21). Celui-ci reçoit grandement le chroniqueur Froissart dans une véritable opération de communication. Cette cour mettait à l'honneur la musique et les troubadours, mais aussi la littérature. Fébus, fin lettré, avait une riche bibliothèque. Il ne dédaignait pas non plus les sciences. Mais, avant tout, c'était un passionné absolu de chasse.


Editions Bretzel La maison
L'équipe
Auteurs
Nous contacter
Interdit
aux mineurs
Retour accueil
petit logo petit logo petit logo petit logo petit logo petit logo