Logo Bretzel
Editions Bretzel
La maison
L'équipe
Auteurs
Nous contacter
Interdit
aux mineurs

Retour accueil
petit logo petit logo petit logo petit logo petit logo petit logo



Présentation de l'ouvrage



L'auteur
Logo Carya


Commander l'ouvrage
Logo Carya


Extrait
Logo Carya









Maguelone
     
Eglise de Maguelone



      


  Carya Magalonensis

       Extrait


  L'extrait suivant est la première chronique du Carya Magalonensis, l'histoire d'un mystérieux animal marin pris dans les filets de pêcheurs à quelques lieues de là...
  On trouvera tour à tour la traduction française de ce texte, puis  le texte dans sa version originale, censé être la langue romane parlée dans la région de Montpellier au XIVe siècle.



  OMBRE

  Un mercredi de septembre de l'an 1300, à l’ombre d’un arbre, près de la tour du château de Monseigneur de Maguelone, il fut porté un poisson extrêmement grand et gros, qui pesait environ sept quintaux ; il présentait une tête sans cou, un museau de veau et des mâchoires garnies de dents en bas et en haut. Ce poisson avait été pris avec un filet dans la mer, à trois lieues environ du port de Frontignan.
Ledit poisson offrait environ trois cannes de longueur ; il avait les yeux très gracieusement arrondis. Sa couleur était, sur le dos, d’un gris obscur mêlé de brun, sur le ventre d’un blanc pur, et sur les côtés d’un gris clair. Il y avait, près de la tête dudit poisson, deux bras avec deux mains et à chaque main cinq doigts, le tout formé comme les mains et les doigts d'une personne. Son museau était aplati comme celui d’un bœuf, et ses doigts étaient palmés comme ceux d'une oie.
  Ce poisson fut posé sous l’arbre susdit, près de la tour et près de l’étang. Le lendemain, ce poisson n’était pas mort comme un poisson ordinaire ; mais le soir, après le couvre-feu, et le ciel étant obscur, ledit poisson fut entendu par le sacristain de Maguelone et par le prévôt de Maguelone, de la chambre où ils couchaient, et aussi par un vieux chanoine, parlant à haute voix, disant avec larmes que notre Seigneur Dieu et son cher Fils étaient en colère contre les mauvais habitants de Montpellier et les mauvaises gens de Maguelone, de toute la contrée et de tout le royaume, parce qu’ils étaient obstinés dans leur malice et n’avaient pas grande crainte de Dieu, ni grand amour pour lui, et qu’ils ne le priaient pas. Ensuite, ledit poisson chanta un Miserere nobis, dans lequel il disait Miserere illis.
  Après cela, il agitait sa grosse queue arrondie et velue ; et il murmurait beaucoup de paroles sur le fait de l’antéchrist et du démon, de leurs serviteurs et de leurs amis. De loin, on entendait ses cris de colère, et ses soupirs très douloureux. Et ensuite, il agitait sa queue grosse et arrondie et velue.
  Puis il se levait, se couchait, se relevait aussi haut qu’il pouvait faire. — Finalement, le poisson s’écria : Qu'ils meurent ! Qu'ils meurent, ces pêcheurs !...
Aussitôt, on entendit un violent éclat de tonnerre, accompagné de grands éclairs et il fit un temps affreux de vent et de pluie pendant toute la nuit et les deux nuits suivantes, si mauvais que la mer devint épouvantable, que les eaux de pluie détrempèrent tout le territoire de Maguelone, et que les eaux de l’étang pénétrèrent dans ledit territoire. — Et il y eut beaucoup de mal et de dommages.
  Et le lendemain, qui était un dimanche, l'arbre était détruit, et le poisson avait disparu.

Morse Dürer

UMBRA.

En lan MCCC, a hun dimecres de septembre, en la umbra de un albre, costa la torre des castel de Mossenhor de Magalona, fonc portat un Peys teriblament estendut e gros que pesava entorn VII quintals ; e avia testa ses col, e lo morre de Vedel, e en mayssas dens dessotz et dessu. Loqual Peys era estat pres am hun boliech, en la mar, a III legas entorn del port de Frontinia.
Et avia lo dich Peys de lonc entorn II canas ; e era gros coma Azer et pelos coma hun Muol : e los iols mot graciosament aronditz ; color desus lesquina de gris escur e brun, e al ventre de blanc pur, et de gris clar los costatz. E y ac, pres del cap del dich Peys, dos bras am dos mas, e cascuna mas sinq detz formats coma mas e detz de persona. Lo nas fonc aplatit coma nas de Buou, e los detz se tenian am pel coma Dauqa.

  Et aquel Peys fonc mes dessotz lo albre sobredich costa la torre et costa lestan. Lendema, aquel Peys non era mort coma los autres peysses ; mays, lo vespre a lums atuzatz, que lo cel era escur, fonc entendut per lo Segresta Magalonal et lo Prebost, de la cambra ont jazien, e eussamen per hun vuelh Canonje, lo dich Peys parlan en auta votz, dizen am lacrymas, que Nostre Senhor Dyeus e son car Filh eron en ira encontra los malvazes habitadors de Montpeylier, e las malvazas gens de Magalona, e de tot lo terrador, e de tot lo realme, per so car eron obstinatz en lur malicia, e non avian gran paor de Dyeus, ny gran amor per El, ny non preguavon el.
  E pueys, cantet lo dich Peys, un Miserere nobis, que dizie Miserere illis.
Et en apres, agitava sa coa grossa, e redonda, e pelosa ; e murmurava motas paraulas sus lo fag de Antecrist e de Demoni e de servidors ho amixs de Antecrist et de Demoni. E de lonc sentendian sas paraulas de ira e sas lacrymas grandamen dolentas. E en apres, agitava sa coa grossa, e redonda, e pelosa.
  Pueys, se levava, se jazie, se levava en tant que podie ho far. — Finablamen, cridet lo Peys : Mueyron, mueyron, aquetz pecadors !...
  Subtamen, fonc fach hun gran thro, acompanhat de grans esclausses ; e fes gros temporal daura e de plueia tota nueg, e la nueg enseguen, e lautre nueg, si que la mar fonc mot espauentabla, e que aygas de pueia destremperon tot lo terrador de Magalona ; e aygas destan sen intreron en lo dich terrador. E y ac motz de mals e de dampnatges.
  E lendema, que fonc un dimergue, lo albre era destruzit e lo Peys sen era partic.
 





Logo Bretzel
Editions Bretzel
La maison
L'équipe
Auteurs
Nous contacter
Interdit
aux mineurs

Retour accueil
petit logo petit logo petit logo petit logo petit logo petit logo