Logo Bretzel
Editions Bretzel
La maison
L'équipe
Auteurs
Nous contacter
Interdit
aux mineurs

Retour accueil
petit logo petit logo petit logo petit logo petit logo petit logo



Présentation de l'ouvrage



L'auteur
Logo Carya


Commander l'ouvrage
Logo Carya


Extrait
Logo Carya









Alfred Moquin-Tandon
     
Alfred Moquin-Tandon



      


  Carya Magalonensis

       Qui était Alfred Moquin-Tandon ?

La biographie qui suit est, pour une large part, empruntée à Wikipedia.


  Christian Horace Bénédict Alfred Moquin-Tandon, né à Montpellier le 7 mai 1804 et mort à Paris le 15 avril 1863, est un botaniste, médecin et écrivain français.
  Il commence à travailler comme simple copiste et caissier dans la maison de commerce de ses parents, Moquin-Tandon et Cie. Après des études de lettres, il étudie notamment auprès des botanistes Auguste de Saint-Hilaire (1779-1853) et Michel Félix Dunal (1789-1856) et obtient son titre de docteur ès sciences le 9 décembre 1826, puis de docteur en médecine le 18 août 1828. Il est professeur de zoologie à l'Athénée de Marseille de 1829 à 1830, puis professeur d’histoire naturelle à la faculté des sciences de Toulouse de 1833 à 1838, puis professeur de botanique dans cette même faculté de 1838 à 1852 (il était directeur du Jardin botanique depuis 1834).
En septembre 1834, il fait un voyage de quelques semaines à Paris. Outre les deux personnalités qu'il était venu consulter, le chimiste Louis Jacques Thénard et le ministre François Guizot, il rencontre un grand nombre de scientifiques : Geoffroy Saint-Hilaire, Serres, Flourens, Augustin Pyrame de Candolle, Ampère, Cousin, Adolphe Brongniart. Il tire un récit de ce court séjour où ses remarques ne sont pas toutes élogieuses : « J'ai remarqué que beaucoup de ces messieurs étaient fort au-dessous de leur réputation. L'usurpation du génie est assez commune à Paris. ».
  Il est élu mainteneur de l'Académie des Jeux floraux en 1844. Il fait un voyage en Corse en 1850, où il rencontre Jean-Henri Fabre. Outre ses travaux en botanique, on lui doit des recherches sur les mollusques et les hirudinées (sangsues).
 Moquin-Tandon utilise plusieurs pseudonymes, notamment pour réaliser des supercheries littéraires parmi lesquelles Carya magalonensis. En fait, il faut bien avouer que nous n’avons identifié que ce seul canular, l’auteur ayant par ailleurs écrit sous le pseudonyme d’Alfred Frédol des œuvres notables comme Le Monde de la mer, ouvrage sérieux paru à titre posthume en 1865.
  Augustin Pyrame de Candolle a fait de lui ce portrait :
« C'est un homme actif, laborieux et qui a le travail facile. Il venait étudier les Chénopodées et familles voisines et a depuis publié sur cette famille une excellente monographie. Il a toute la vivacité languedocienne et nous amusa beaucoup en nous lisant un petit ouvrage de sa composition dans la langue des troubadours supposé trouvé à Maguelonne et assez bien fait dans le genre pour avoir pu tromper M. Rainouard. »
  Les dix dernières années de sa vie voient reconnaître ses mérites. En 1853, il abandonne ses fonctions toulousaines pour aller occuper la chaire d’histoire naturelle médicale à la faculté de médecine de Paris. En 1854, après de multiples tentatives, il est enfin élu à l’Académie des sciences, au fauteuil d’Auguste de Saint-Hilaire, son ami et soutien indéfectible. Membre fondateur de la Société botanique de France qu’il préside en 1857, il est aussi directeur du Jardin des plantes.
  C’est à Paris qu’il meurt brutalement en avril 1863.


Publications principales :
– Mémoires sur l´oologie, ou sur les œufs des animaux (Paris, 1824) ;
– Essai sur les dédoublements ou multiplications d´organes dans les végétaux (1826) ;
– Monographie de la famille des Hirudinées (1827) ;
– Histoire naturelle des îles Canaries, avec Philip Barker Webb et Sabin Berthelot, (1836-1844) ;
– Chenopodearum monographica enumeratio (1840) ;
– Las Flors del gay saber, ouvrage collectif dont il dirige la publication. (1841) ;
– Éléments de tératologie végétale, ou Histoire abrégée des anomalies de l´organisation dans les végétaux (1841). L´ouvrage est traduit en allemand ;
– Histoire naturelle des mollusques terrestres et fluviatiles de France (trois volumes, 1855) ;
– Éléments de zoologie médicale, contenant la description des animaux utiles à la médecine et des espèces nuisibles à l´homme, venimeuses ou parasites (1860) ;
– Éléments de botanique médicale, contenant la description des végétaux utiles à la médecine et des espèces nuisibles à l´homme (1861, réédité en 1866) ;
– Le Monde de la mer, sous le pseudonyme Alfred Frédol (1863, réédité en 1865, 1866 et 1881) ;
– Un naturaliste à Paris, réédité en 1999 par Sciences en situation.





Logo Bretzel
Editions Bretzel
La maison
L'équipe
Auteurs
Nous contacter
Interdit
aux mineurs

Retour accueil
petit logo petit logo petit logo petit logo petit logo petit logo